Le 3 octobre 1878, les Religieuses de Nazareth reçoivent l’accord de l’Archevêque de Reims pour implanter dans la ville une communauté ayant pour mission l’éducation des jeunes filles.

Le premier pensionnat de six élèves a été ouvert à la demande d’anciennes qui avaient connu les religieuses à Montmirail. Durant sept ans, rue d’Anjou, les élèves ont vécu une vie de famille où l’éducation et l’enseignement étaient très liés.

En 1885, de nouveaux bâtiments sont construits rue de Courlancy, sur l’emplacement actuel de la clinique. On peut encore y voir l’allée bordée d’arbres où élèves et religieuses se promenaient.

L’établissement est fermé en 1901 et les religieuses partent pour la Belgique où elles poursuivent leur œuvre d’éducation. En 1921, après les expulsions, Nazareth rouvre l’école dans une maison particulière rue de Courlancy, située aujourd’hui dans le parc du Champagne Lanson. Si vous pouvez y accéder, vous pourrez voir la vieille villa avec sa cloche à l’extérieur qui sonnait le début et la fin des récréations.

En 1928, la maison devenant trop petite, l’école s’installe au 18, rue Andrieux, avec très rapidement une annexe au 16 : "Saint-Hilaire". Elle prend alors le nom d’"Institution COLBERT". Imaginez des dortoirs au deuxième étage, et au troisième, la lingerie et les chambres du personnel. La communauté des religieuses logeait dans la partie occupée aujourd’hui par le C.D.I. et la salle d'étude. C’est en 1939 qu’on construisit la chapelle.

Peu à peu l’établissement se transforme : le primaire a laissé la place aux 1er et 2nd cycles et une carte scolaire se met en place progressivement entre 1964 et 1966. Les deux années suivantes "Notre-Dame" et "Jeanne-d’Arc" envoient leurs élèves de 2nd cycle à "Nazareth". Ce regroupement prend alors le nom de "Institut Jean XXIII".

C’est l’occasion d’engager une recherche pédagogique en mettant en place le système des permanences. Elles se basent sur les préceptes du Père Faure, instigateur d’une méthode d’enseignement faisant appel à la responsabilité du jeune dans sa progression scolaire et humaine.

L’établissement continue de changer : en 1973, l’internat ferme, et la communauté des religieuses décide de s’installer hors les murs du lycée. Elles vivent à Tinqueux, puis rue Croix-Saint-Marc, enfin rue de Cernay où elles habitent actuellement.

En 1989 est inauguré un gymnase creusé dans la cour. Après la vente de "Saint-Hilaire", les terminales, le professeur d’art et ceux de sciences s’installent dans un bâtiment construit sur le gymnase, en 1992.

Les religieuses de Nazareth souhaitant partager davantage les responsabilités avec les laïcs dans les établissements scolaires passent le flambeau de la direction de JEAN XXIII à Monsieur Liot en 1976. Lui-même laissera la place en septembre 1998 à Monsieur Lafollie. Depuis le 1er septembre 2010, c’est M. Eric Persent qui a pris la direction de l’établissement. La mixité commence progressivement en 1982, avec trois jeunes gens inscrits. Aujourd’hui, les garçons représentent 45 % des effectifs.

Si aujourd’hui les religieuses de Nazareth ont quitté la tutelle et confié l’établissement au diocèse, la communauté éducative a à cœur de garder le même esprit : poursuivre l’évolution tout en conservant cette intuition initiale voulue par les religieuses : "L’éducation des jeunes avec les caractéristiques de Nazareth : simplicité, solidité, esprit de service, attention respectueuse portée à chaque personne dans le désir d’aider à sa croissance."

"L’école catholique est, pour Nazareth, un terrain privilégié de formation et d’évangélisation. Par son organisation, sa pédagogie, la transmission de la culture, l’atmosphère qu’elle favorise, elle permet aux jeunes de développer tout leur être. Par la catéchèse, la vie liturgique, les multiples formes d’animation spirituelle qu’elle propose, elle éveille, soutient, affermit la foi." (Constit. Nº103)